A 16:32 dans Fibre optique

Déploiement de la fibre au T1 2019 : bien mais pas top

7
JUIN
2019
Partager cette actu sur :

Après une fin d’année en fanfare, le déploiement de la fibre a légèrement ralenti cet hiver. Un coup de mou saisonnier qui a touché aussi bien les grandes villes que les zones moins denses.

FacebookTwitter

Déploiement de la fibre dans le Tarn : contrat remporté par SFRAu sein de l'écosystème THD, les chiffres du 4e trimestre avaient suscité l'enthousiasme : pour la 1e fois, plus d'un million de lignes FttH avait été déployées sur un intervalle de trois mois, 1,038 million exactement. Le soufflé retombe quelque peu au 1er trimestre 2019, avec "seulement" 899 000 locaux rendus raccordables sur la période, selon les données publiées par l'Arcep.

Cela reste le 2e volume le plus élevé jamais enregistré, marquant une augmentation de 40% sur un an, diront les partisans du verre à moitié plein. Avec 3,5 millions de lignes déployées sur les 12 derniers mois, on se rapproche ainsi du volume annuel de 4 millions de lignes qui doit permettre d'atteindre les objectifs du plan France THD. Au total, ce sont tout de même près de 14,5 millions de locaux qui sont désormais raccordables à la fibre optique. Si l'accélération est indéniable, le rythme demeure insuffisant, notamment au regard des engagements d'Orange et SFR en zone moins dense (AMII), souligne toutefois l'Arcep.

Orange tousse, le déploiement s'enrhume

On pourra invoquer des facteurs saisonniers pour expliquer ce ralentissement, qu'il s'agisse des conditions météo ou du contrecoup d'une accélération des opérateurs pour atteindre leurs objectifs fin  2018. Un constat toutefois : le différentiel de 139 000 lignes FttH de moins d'un trimestre à l'autre se retrouve exactement dans la performance d'Orange. Son apport est ainsi passé de 647 000 locaux raccordables au 4e trimestre, à 508 000 au T1 2019. Une décélération qui provient pour l'essentiel du périmètre AMII : l'opérateur historique a fortement ralenti sur les zones moins denses où il déploie sur fonds propres (408 000 contre 516 000 au trimestre précédent). Un volume qui reste conséquent mais insuffisant au regard de ses engagements sur ces territoires, qu'il s'est engagé à rendre raccordables en quasi-totalité d'ici à fin 2020.

Zones Amii : engagement Orange et SFR au T1 2019 - Arcep

L'Arcep scrute de près la situation, susceptible de déboucher sur des sanctions financières si les délais ne sont pas tenus. "Pour atteindre leurs objectifs, il est nécessaire que les opérateurs intensifient le rythme de ces déploiements", souligne une fois de plus l'Autorité.

Une remarque qui vaut pour Orange, qui en est à 50% de sa zone de 11 millions de lignes, mais aussi SFR. L'opérateur au carré rouge avait déployé 40% de sa zone couvrant 2,5 millions de locaux à fin mars. Malgré la nouvelle accélération consentie au 1er trimestre 2019 (+ 133 000), le rythme reste là aussi insuffisant pour être rendez-vous d'ici 7 trimestres. "Si on tire une droite par rapport au rythme d'investissement", résumait hier au Sénat Sébastien Soriano, président de l'Arcep, "les échéances (...) ne seraient pas respectées s'il n'y avait pas d'accélération".

Réseau d'initiative publique : Axione en pointe

Reste que ce coup de mou hivernal a été ressenti partout : en zone très dense, où Orange, qui y effectue l'essentiel des déploiements, a également ralenti d'un trimestre à l'autre. Mais aussi en zone rurale : "seulement" 235 000 locaux ont été rendus raccordables sur les réseaux d'initiative publique cet hiver, contre 274 000 au trimestre précédent.

Si l'effet saisonnier ne peut être écarté - un ralentissement semblable avait été observé il y a un an, une autre piste d'explication était avancée au dernier colloque TRIP de l'Avicca. Son président Patrick Chaize s'y inquiétait d'un effet de vases communicants qui voyait l'accélération en zone AMII se faire au détriment des réseaux d'initiative publique confiés à Orange et SFR...

Déploiement fibre sur les RIP au T1 2019 - Arcep

De fait, si la contribution au déploiement en zone RIP est restée quasi stable du côté d'Orange, elle a significativement chuté chez SFR (+ 33 000 contre +56 000 au trimestre précédent). Tous opérateurs de RIP confondus, c'est une nouvelle fois Axione qui tire son épingle du jeu, avec 87 000 lignes supplémentaires cet hiver. Dont près de la moitié provenant du réseau public qu'il construit dans le Nord-Pas-de-Calais. L'opérateur profite également du dynamisme de certains RIP (Aisne, Loire) dont il assure l'exploitation. Forte de 560 000 locaux rendus raccordables au total, la filiale de Bouygues Construction  détient désormais plusieurs longueurs d'avance sur ses concurrents. Et n'entend manifestement pas en rester là, comme le prouve le contrat record signé en Bretagne, portant sur le déploiement de plus d'un million de lignes d'ici 2026.

   

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus