Fibre optique : l’Arcep maintient la pression sur les opérateurs

4
DEC
2017
Partager cette actu sur :

Dans son dernier observatoire des réseaux fixes, l’Arcep appelle les opérateurs à intensifier leurs efforts de déploiement sur la fibre.

FacebookTwitterGoogle+

Dans son observatoire du 3e trimestre, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes recense 6,5 millions d’abonnés à une offre très haut débit (plus de 30 Mb/s) à fin septembre 2017, contre 5 million un an plus tôt. La fibre porte largement cette progression, avec 1 million d’abonnés supplémentaires en l’espace d’un an, à 2,9 millions.

Arcep : les abonnés au très haut débit en septembre 2017

Accélération nécessaire

50% d’abonnés FttH de plus, 37% de locaux supplémentaires éligibles : malgré la bonne impression laissées par ces deux indicateurs, l’Arcep ne relâche pas la pression. S’il se félicite du bond inédit enregistré sur le volet abonnement, il reste vigilant sur le rythme de déploiement : en effet, la progression sensible enregistrée sur un an (+2,6 millions de locaux éligibles) ne doit pas faire oublier le léger tassement enregistré au troisième trimestre. Soit 613 000 prises supplémentaires, quand le printemps avait permis d’en construire 706 000. Une légère inflexion partiellement imputable à la saisonnalité, reconnaît le régulateur, mais qui « matérialise également le faut qu’une accélération plus importante est toujours nécessaire ».

Arcep : abonnés très haut débit dont fibre optique en septembre 2017

Ce commentaire s’inscrit dans la droite ligne de la récente intervention de Sébastien Soriano devant les sénateurs. Le président de l’Arcep s’était alors inquiété des trajectoires de déploiements des opérateurs, en particulier sur les zones conventionnées, dont l’équipement intégral en fibre optique risquait de déborder largement l’échéance de 2020 pour s’achever « au mieux en 2023 ». Le pointage publié hier par l’Arcep fait ainsi état de 3,7 millions de lignes éligibles à une offre fibre en zone moins dense d’initiative privée, représentant un quart des logements à équiper d’ici trois ans.

Arcep : déploiement Orange et SFR en zone conventionnée  

Confronté à l’agacement des collectivités et faute, pour l'instant, d’arsenal juridique permettant de sanctionner les opérateurs pour ces retards – autre que leur éviction pour carence – l’Autorité a sorti de sa manche un nouvel atout.

Cartes sur table, le retour

Il s'agit à nouveau de faire jouer l'autre moyen de pression dont dispose le régulateur, celui de l'information. Elle l’avait annoncé au septembre au moment du lancement de monreseaumobile.fr : l’équivalent de cette initiative en version fixe allait voir le jour afin de créer le « choc de transparence » susceptible d’aiguillonner les opérateurs. L’Arcep a ainsi annoncé son intention de « mettre en place un observatoire cartographique de la couverture du territoire par les réseaux et les services fixes ».

L'organe de régulation reprendrait ainsi la main sur la tache dont s’acquitte actuellement la mission France THD avec son observatoire du Très Haut Débit Nouvelle illustration de son ambition de réguler par la data, en donnant ici « aux consommateurs, aux entreprises et aux collectivités plus de visibilité sur les réseaux actuels et ainsi que sur l'arrivée des nouveaux réseaux ».

La carte des déploiements de fibre optique de l'Arcep

L’Arcep a en outre surpris son monde en publiant d’ores et déjà une carte des déploiements fibre, moins à destination des consommateurs que des « pouvoirs publics ». Les élus et autres décideurs de l'aménagement numérique dans les territoires pourront ainsi faire le point, chaque trimestre, sur l’avancée des chantiers, mais aussi visualiser les intentions de déploiement des opérateurs, sujet très sensible actuellement.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus