A 15:59 dans Institutions, Mobile

La TNT déménage pour faire de la place au THD mobile

13
SEP
2017
Partager cette actu sur :

Le réaménagement des fréquences TNT débutera dans quelques semaines pour libérer la bande de fréquences 700 Mhz. Laissant le champ libre à la 4G des opérateurs, à commencer par Free.

FacebookTwitterGoogle+

L’Agence nationale des fréquence radio (ANFR) a détaillé hier le calendrier et les modalités du réaménagement des fréquences de diffusion de la TNT, qui doit progressivement libérer la bande 700 Mhz sur l’ensemble du territoire. Objectif : permettre aux opérateurs d’utiliser ces canaux privilégiés pour déployer leurs réseaux 4G, puis 5G. L’opération doit notamment permettre à Free d’améliorer sérieusement sa couverture grâce à ces « fréquences en or ».

Besoins « inéluctables »

A l’origine de la vaste opération détaillée hier par l’agence, une nécessité : ménager davantage de fréquences pour « répondre aux nouveaux usages des Français qui (…) échangent toujours plus de données en mobilité ». Cette évolution se traduit par une croissance annuelle de 90% en moyenne, soulignait l'Arcep dans son dernier observatoire trimestriel.

Consommation de données : progression au T1 2017 (Arcep)

Une progression exponentielle qui rend le besoin de fréquences supplémentaires « inéluctables », insiste l’ANFR. Il s’agit ainsi, poursuit-elle, de « favoriser le déploiement des réseaux 4G et, à terme des réseaux 5G ». Et plus généralement de « soutenir le développement de l’économie numérique en France pour les années à venir ».

Démarrage en octobre

Ce sont ainsi environ 30% de fréquences actuellement dévolues à la télévision qui seront libérées grâce à l’opération. Le réaménagement de la TNT doit permettre de replier ses fréquences sous les 694 Mhz, où seront rapatriées certains multiplex embarquant plusieurs chaînes.

TNT : 30% des fréquences réattribuées au très haut débit mobile

La réception de ces dernières sera donc affectée chez les particuliers qui, le jour J, devront simplement lancer une recherche automatique des chaînes sur leur téléviseur afin de les retrouver. Une opération qui se déroulera en 13 tranches, à compter du mois prochain. Elle concernera les quelque 54% de foyers français qui reçoivent la télévision via une antenne râteau (réception hertzienne), soit 26,2 millions de personnes, selon les chiffres de l’Observatoire de l’équipement audiovisuel des Français (Médiamétrie/CSA).

Premiers déploiements en 2018

Concernés dès le 3 octobre 2017 : les habitants du Sud de la France dans les régions PACA, Occitanie et, dans une moindre mesure, Aquitaine (voir carte), rassemblant environ 2,2 millions de personnes. Celles-ci seront averties, via une campagne d’information multi-supports, des modalités de la transition et de la marche à suivre pour continuer à recevoir les chaînes affectées. Les 12 autres secteurs suivront jusqu’en juin 2019. Pour accompagner les téléspectateurs, un site d’information (recevoirlatnt.fr) ainsi qu'un centre d’appels sont mis à disposition par l’ANFR.

TNT : le calendrier du réaménagement des fréquences

Une fois la bascule effectuée, les opérateurs devront attendre quelques mois avant de pouvoir commencer à déployer leurs antennes 4G sur les sites autorisés. Ainsi, en théorie, dans les premières régions concernées, la date officiellement arrêtée par l’Arcep est le 1er janvier 2018. Les déploiements seront également soumis à certaines restrictions géographiques, notamment pour assurer la protection de la TNT dans les zones voisines.

L’Ile-de-France déjà en place

Rappelons que le réaménagement de la TNT a été réalisé dans le secteur francilien dès avril 2016. Les fréquences ainsi libérées ont pu être ré-employées par les opérateurs, essentiellement Free Mobile. La marque du groupe Illiad, qui était jusqu’alors la seule absente de la partie basse du spectre, a ainsi mis le paquet sur ces fréquences, « en or » car cumulant couverture plus étendue et meilleure qualité de propagation.

Sur les 1 139 autorisations de sites en 700 Mhz délivrées au 1er septembre, Free en comptait ainsi 1 123, dont 847 activés, selon le dernier pointage de l'ANFR. Quasi exclusivement en Ile-de-France, donc.

Des fréquences pour Free, mais aussi des obligations

Dans les prochains mois, le label mobile de Xavier Niel pourra ainsi se positionner dans de nouvelles régions sur ces providentielles basses fréquences. Et commencer à combler son retard en matière de couverture vis-à-vis d’Orange, SFR et Bouygues, déjà dotés en 800 Mhz (et donc logiquement inactifs sur le 700 Mhz).

Le tout sous l’œil de l’Arcep, qui ne perdra pas de vue les obligations assorties à l’attribution de ces fréquences. Free est ainsi tenu de couvrir en 4G, d’ici cinq ans, 50% de la population métropolitaine située dans la zone peu dense (18% de la population totale sur 63% du territoire). Et devra contribuer à la couverture en 4G de 100% des 3 500 centres bourgs en zone blanche d’ici 10 ans, via la mutualisation des fréquences 700 Mhz/800 Mhz avec les autres opérateurs.

 

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus