Les RIP menacés par une extension de la zone AMII ?

Par
5
JUIL
2017
Partager cette actu sur :

A l’occasion de l’événement organisé par la FIRIP sur la thématique des solutions hertziennes pour pallier aux lacunes du plan France THD, nous avons fait le point avec la FIRIP et posé quelques questions à Étienne Dugas, Président de la Fédération…

FacebookTwitterGoogle+

Bilan FIRIP

Ce colloque 4G fixe et Satellite, organisé dans les locaux parisiens d'Eutelsat, a été l'occasion pour la FIRIP de faire le bilan de l'année 2016.
  • 169 sociétés membres dont 43 nouveaux venus
  • 30 réunions locales dans 25 villes, 6 commissions pour suivre des sujets majeurs
  • 3 présentations de son Observatoire des RIP : Paris, Lille, Strasbourg
Surtout, pour 2017, avec déjà 26 nouveaux adhérents déjà engagés au 30 juin 2017, l’objectif symbolique des 200 membres pour fin 2017 devrait être atteint.

État des lieux du THD au 1er trimestre 2017

Selon les données de l’étude Idate/CNES (sources ARCEP + estimations Idate), en France, 54% des locaux étaient éligibles au THD au 31 mars 2017 :

  • Etude Idate/CNES28% raccordables en FttH (> 100 Mbit/s), parfois aussi en câble
  • 13% raccordables en câble avec un réseau de 100Mbit/s ou plus
  • 13% desservis en VDSL2 ou en câble (débits entre 30 et 100 Mbit/s)
  • 46% non couverts en THD fixe !

Ce seraient en tout 7,5 millions de locaux qui ont encore un débit inférieur à 8 Mbit/s en internet fixe. Et même 4 millions avec un débit inférieur à 3 Mbit/s.

Des foyers qui seraient a priori demandeurs de solutions satellite ou LTE fixe...

Interview d’Étienne Dugas, Président de la FIRIP

DegroupNews : entre la consultation de l’ARCEP et l’ouverture d’un guichet dès septembre, la mise en place de la 4G fixe est un beau succès pour la FIRIP…

Etienne DugasÉtienne Dugas : En effet, nous travaillons avec nos membres depuis plus de deux ans sur ce sujet. Nous sommes ravis d’avoir trouvé un écho favorable à l’ARCEP. Nous attendons de voir la seconde consultation de fin juillet, mais nous avons d’ores et déjà effectués de nombreux tests concluants sur le terrain. Dès que l’ouverture officielle de la 4G Fixe sera promulguée, certains de nos adhérents sont en capacité à très vite la mettre en place.

DegroupNews : La FIRIP semble inquiète de ce qui se passe en Zone AMII ? Pourtant, vous n’êtes pas directement concerné ?

Étienne Dugas : En effet, en zone AMII, sur le sujet de la réallocation du marché entre les opérateurs afin d’éviter une situation de monopole d’Orange, cela ne nous regarde pas. Par contre, il est hors de question que les demandes d’extension des zones AMII pour rogner sur les RIP soient acceptées ! Déjà, les RIP avaient hérité des zones les moins denses, donc les plus coûteuses à déployer. Avec qui plus est des subventions publiques en perpétuelle diminution !

En plus, qui dit zones moins denses, dit moins de clients potentiels au km2, donc une rentabilité plus faible. Le tout sur des collectivités moins riches et devant trouver des financements pour déployer leurs réseaux, à la différences des zones plus denses. C’est un peu le principe de la double-peine. Il serait inacceptable qu'une nouvelle restructuration des zones AMII soit envisagée, une nouvelle fois en défaveur des Réseaux d'Initiative Publique !

DegroupNews : Quelle est la situation du plan France THD sur les RIP ?

Étienne Dugas : Avant toute chose, il est important de dire que le Plan fonctionne ! Pour apporter une précision à la déclaration d’Antoine Darodes durant ce colloque, oui, il y a du retard, mais les tors sont partagés. Sans parler des lourdeurs administratives et des retards aussi du côté de l’Agence du Numérique. Pour valider les dossiers, les financements et les décaissements. Avec une problématique d'entonnoir, tous les projets arrivant en même temps désormais. Cependant, les choses avancent vite, très vite même.

Non, le vrai frein pour le déploiement de la fibre vient du sourcing : nous n’avons pas assez de personnels qualifiés. La filière THD a besoin de compétences. Et nous avons du mal à trouver des profils à former. Il y a des débouchés, des formations existent, mais nous manquons de candidats.

Depuis près de deux ans, la FIRIP s’est attelée à développer et favoriser les programmes de formation. Et pour la plupart des postes à pourvoir, pas besoin de diplômes ronflants et inutiles. En quelques semaines de formation, de nombreux métiers sont accessibles à du personnel initialement non qualifié.

Nous avons besoins de gens motivés, travailleurs, avec des perspectives pérennes d’emplois qui sont assurées. Au-delà du déploiement des réseaux fibre, il faudra ensuite les faire évoluer et assurer leur maintenance. C’est un chantier qui va s’étaler les dix prochaines années... Et même bien au-delà. Avec en plus la possibilité ensuite d’exporter ces savoir-faire sur d’autres pays…

Notre filière recrute et nous lançons un appel pour trouver rapidement des profils qualifiés ou à former.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus