A 8:54 dans Institutions, RIP, RTTH

Consultation publique Arcep sur la LTE fixe, c’est pour la rentrée

Par
19
JUIL
2017
Partager cette actu sur :

Dans l’imbroglio des annonces qui fusent quotidiennement, l’Arcep poursuit son travail de fond comme prévu. Ainsi, le 13 juillet dernier a été initié le lancement de la consultation publique pour définir les modalités d’attribution de fréquences de la bande 3,5 GHz dédiées au Très Haut Débit radio !

FacebookTwitterGoogle+

AntenneNous suivons pas-à-pas le sujet de cette fameuse LTE fixe. Un sujet majeur pour l'Arcep afin d'accélérer l'aménagement numérique du territoire. Poussé par la FIRIP, le principe consiste à utiliser des bandes de fréquences radio dédiées exclusivement à la LTE fixe.

Évidemment, avec les récentes annonces confuses du Gouvernement, cette solution semble avoir le vent en poupe. Elle pourrait permettre d'apporter du Très Haut Débit sur les régions les plus reculées, à un coût moindre et plus rapidement.

Cela impliquerait un fibrage optique des antennes à minima, en attendant l'arrivée de la fibre optique pour presque tous foyers. Un premier pas également vers le futur déploiement de la 5G ?

Une consultation publique jusqu'au 7 septembre

Cette nouvelle consultation lancée par l’Arcep se déroulera jusqu’au 7 septembre. Elle a pour but de définir les modalités d'attribution de fréquences de la bande 3,5 GHz pour l’aménagement numérique du territoire. Comme déjà indiquée pendant le Colloque de la FIRIP le 4 juillet dernier par Cécile Dubarry, Directrice Générale de l’Arcep, l'Autorité adoptera au cours du mois de septembre, une décision qui sera homologuée par le Gouvernement.

Cette décision limitera l’usage de la bande 3410 – 3460 MHz en France métropolitaine. 40 MHz destinés à la fourniture de services d’accès fixe à internet par voie hertzienne. Le planning prévoit des premières attributions avant la fin de l’année 2017.

La LTE fixe, une des pierres angulaires du THD pour tous

LTE fixeCette solution technologique est également appelée 4G fixe. Mais attention, elle n'a rien à voir avec la 4G mobile à usage fixe déployée par Bouygues Telecom et par Orange.

Bien évidemment, les industriels concernés annoncent des résultats permettant de proposer un vrai Très Haut Débit. Bien loin des expériences très inégales des précédentes technologies WiMax et WiFiMax.

Une fois actif, ce dispositif devrait aider à l'accélération du déploiement du très haut débit dans les territoires. En cohérence avec les objectifs affichés par le gouvernement en matière de haut et de très haut débit. Mais au risque de retarder

SFR, prêt pour du bashing Rtth ?

Ne doutons pas que SFR va essayer d'appuyer là où cela fait mal sur ces technologies transitoires. Avec déjà près de 9 millions de foyers profitant du réseau fibre optique avec terminaison coaxiale, en zones denses et moyennement denses.  Sans oublier son annonce fracassante de couverture intégrale sur fonds propres en fibre optique du territoire...

D'un autre côté, l'opérateur est assez mal placé pour critiquer qui que ce soit avec :

  • des retards sur ses déploiements en zones AMII, avec jusqu'ici essentiellement un focus sur la rénovation du réseau câble de Numericable.
  • un endettement colossal, et des pratiques tarifaires ou fiscales (TVA sur SFR Presse...) qui posent nombre de questions
  • une restructuration encore en cours, avec des problèmes de qualité de service et de relations clients
Réponse partielle dans la journée suite à la table ronde qui se tient ce mercredi 19 juillet au matin lors d'une audition des opérateurs télécoms par Commission de l'aménagement du territoire et du développement durable.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus