A 16:52 dans Câble, Fibre optique, RIP

Altice SFR présente son projet Fibrer La France

Par
19
JUIL
2017
Partager cette actu sur :

Après une intervention de SFR ce matin devant la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable de Régis Turrini, Secrétaire général, c’est son Directeur Général, Michel Paulin et le DG d’Altice, Michel Paulin, qui ont fait le point sur ce projet fou d’Altice-SFR. Fibrer la France entière en solo d’ici 2025…

FacebookTwitterGoogle+

Régis Turrini, Secrétaire Général SFR

Le communiqué SFR du 12 juillet 2017 avait annonçé la décision d’Altice-SFR de fibrer sans argent public l’ensemble du territoire français. Michel Paulin et Michel Combes ont précisé un certain nombre de points ce mercredi 19 juillet.

Déjà, Régis Turrini, Secrétaire Général de SFR, avait répondu ce matin à quelques interrogations devant ses collègues et surtout des élus, sénateurs et députés, sur le déploiement du THD par SFR. Devant la commission, le représentant de SFR avec mis en avant un élément crucial pour Altice-SFR : la crédibilité du groupe.

L’objectif est de fibrer l’intégralité des foyers français d’ici 2025, sans subventions publiques. Sachant que par fibre, Altice-SFR mélange toujours la fibre optique avec terminaison coaxiale (FttB/FttLa) ou jusqu’à l’abonné (FttH). Même si le projet semble impliquer la finalisation des terminaisons actuellement en coaxiale en fibre optique...

Refaire sur la fibre ce que SFR a fait sur le mobile depuis 18 mois

Pour exemple, le Secrétaire Général de SFR a notamment mis en avant ce matin les résultats exceptionnels de déploiement de SFR sur la partie mobile. Il est vrai que depuis 18 mois, l’opérateur télécom explose tous les compteurs des rapports de déploiements mobiles de l’Agence Nationale des Fréquences. Il est même devenu N°1 pour la couverture 4G du territoire (59%) ou des territoires en denses selon les dernières données de l’Arcep.

SFR (comme ses collègues) est par ailleurs largement en avance par rapport à ses obligations de déploiement mobile. Et le discours de SFR est simple et tiens en deux points :

  • Faire sur la fibre ce qui est a été fait en 18 mois sur le mobile !
  • "Faire confiance à SFR" pour respecter ses engagements !

Fibrer la France : c’est beau sur le papier mais…

La question de la confiance sera un sujet délicat pour Altice. En effert, SFR part avec de sérieux handicaps dans le domaine de l’internet fixe. Pour rappel, sa carence de déploiement de la fibre sur la Métropole Européenne de Lille et les chiffres en zones moyennement denses. Ou la perte du récent contrat de la Région Grand Est, avec plus de 1,5 millions de prises à construire…

Sans oublier les 14% de déploiement fibre en zone AMII (sur 1,5 millions de prises). Soit 86% à finaliser d’ici 3,5 ans ?

Certes SFR rappelle également avoir investi en 2016 près de 2 milliards d’euros en France sur le déploiement des réseaux numériques. Altice veut se baser sur l’expérience du groupe aux USA et surtout Portugal. Sur ce territoire, Altice a déjà lancé un projet similaire, et l’opérateur veut rééditer ce concept en France.

SFR juge le Plan France THD obsolète et coûteux

SFR remet en question le Plan France THD et le principe même des 3 zones (denses, AMII et RIP), estimant que sur les Réseaux d’Initiative Publique, le système soit obsolète. En contradiction totale avec tous les autres acteurs, collectivités et opérateurs. SFR n’a pas hésité à s’appuyer sur le fameux rapport de la Cour des Comptes, pourtant fortement critiqué, car s’appuyant sur des données obsolètes.

Selon Altice, les processus d’appels d’offres sont trop longs et complexes, avec des coûts finaux des prises sont excessifs. D’après l'opérateur, cela aboutirait à des économies de 15 milliards d’euros pour les Pouvoirs Publics...

Pour justifier sa décision, Altice rappelle aussi qu’il verse tous les ans 800 millions d’euros à Orange pour l’utilisation du réseau cuivre.

Un discours un peu facile pour un acteur qui travaille essentiellement sur des zones denses. La plupart du temps sur un réseau câble déjà existant. Donc avec moins de Génie Civil, des délais plus courts et par conséquent des frais moindres…

Michel Paulin à gauche, Michel Combes à droite

Un filiale Altice Infrastructure pour réussir son projet Fibrer La France ?

L’opérateur veut donc déployer son réseau ‘fibre’ en propre. Il serait ouvert, afin de le louer ensuite aux autres opérateurs. Bref, l’idée est de refaire ce qu’Orange avait fait de son temps avec sa boucle cuivre et le dégroupage, mais sur le FttH.

Quant à savoir comment SFR compte s’y prendre, les détails restent flous. L’opérateur met en avant sa machine industrielle. Cette dernière lui permettrait de construire entre 2 et 3 millions de prises par an

Pour atteindre ses objectifs plus qu’ambitieux, le groupe créera une structure ad hoc, Altice Infrastructures, pour déployer et gérer ce grand réseau fibre national. Dès septembre, la machine Altice Infra sera en route :

  • 1ers travaux en septembre
  • 1ères prises livrées dès cet automne
  • 80% du territoire en 2022
  • 100% en 2025

Inutile de préciser que ce plan Fibrer la France va attirer tous les regards dans les mois à venir. Avec quelques dizaines de questions à la clef. Comment justifier par exemple les milliards déjà investis, pas des acteurs privés, collectivités et fonds d'investissements sur les réseaux existants ou en construction ? Où trouver des compétences pour déployer ce réseau, alors que tous les acteurs reconnaissent qu'il faut former des dizaines de milliers de nouveaux profils ? Comment accepter qu'un réseau d’intérêt public national soit aux mains d'un groupement privé ?

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus