A 12:00 dans Bouygues Telecom, Mobile

Bouygues Telecom réclame 317 millions d’euros à Free à cause du bridage de sa 3G

3
SEP
2015
Partager cette actu sur :

La nouvelle offensive de Free dans la téléphonie mobile reste en travers de la gorge de Bouygues Telecom. Ce dernier revient à la charge sur le bridage de la 3G de Free en réclamant 317 millions d’euros de dommages et intérêts contre 100 millions il y a un an.

FacebookTwitter

Pour cette rentrée, Bouygues Telecom fait feu de tout bois contre ses rivaux. Après avoir réclamé 53 millions d'euros à Numericable-SFR, le troisième opérateur attaque Free pour "violation de ses obligations en qualité d'opérateur", la filiale télécoms du groupe de BTP revient à la charge contre Free avec de nouvelles accusations de bridage. Bouygues Telecom réclame désormais 317 millions d'euros en raison du « du préjudice subi par la violation de ses obligations en qualité d'opérateur de téléphonie et de pratiques commerciales trompeuses ». Tout remonte à fin 2014 quand Bouygues Telecom a décidé d'attaquer Free en justice sur son utilisation abusive de son contrat d'itinérance avec Orange. Pour Bouygues Telecom, Free briderait ses clients lorsqu'ils sont connectés en 3G sur le réseau d'Orange. De cette façon, il verserait moins d'argent à Orange et peut donc continuer à casser les prix dans la téléphonie mobile, véritable manne financière pour Bouygues Telecom jusqu'en 2012. Cette plainte faisait suite à une publication de l'UFC-Que Choisir sur la qualité de service du réseau de Free Mobile. Devant ces accusation, Free ne s'est pas démonté et  a contre-attaqué en en accusant l'association de défense des consommateurs d’avoir mené une étude « partielle et partiale ». Aujourd'hui, il semblerait que l'affrontement se fasse sur les obligations de couverture réseau et les méthodes utilisées par l'ARCEP pour la calculer. Concernant les performances de Free en 3G, les performances ne sont pas au niveau de ses concurrents. D'après le baromètre des débits mobiles nPerf du deuxième trimestre 2015, le débit descendant moyen se situait à 3,92 Mb/s alors ses concurrents affichaient des performances proches de 6 Mb/s. nperf-debit-3G-T2-2015   Quant aux résultats des tests de streaming vidéo, l'indice de performance nPerf de Free se situait à 43,04% contre près de 65% pour ses concurrents. Or l'accusation porte notamment sur le bridage de vidéos regardées sur YouTube. nperf-performance-streaming-free-t2-2015 Si ces résultats ne permettent pas de prouver un bridage, ils montrent clairement que les performances de Free en 3G sont largement en retrait face à celles  de ses concurrents. Mais comme souvent, Free contestera la méthodologie employée pour mesurer les performances de son réseau que ce soit par l'ARCEP, UFC-Que choisir, nPerf.com etc.          

Source : Les Echos
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus