A 12:25 dans Téléphonie

Fusion Orange UK et T-Mobile : accord imminent

1
MAR
2010
Partager cette actu sur :

Geri Halliwell Union Jack
Annoncée en septembre 2009, la fusion d’Orange UK et de T-Mobile doit encore obtenir l’aval de la Commission européenne et de l’autorité de régulation britannique. Plus rien ne semble s’opposer désormais à la naissance du premier opérateur mobile du Royaume-Uni.

En septembre 2009, France Télécom et Deutsche Telekom ont dévoilé leur dessein de fusionner leurs activités mobiles au Royaume-Uni afin de créer l’opérateur leader du marché britannique avec près de 29 millions d’abonnés.

Néanmoins, ce vaste projet risquait d’être contrarié par l’Ofcom, l’autorité de régulation britannique, qui souhaitait que le dossier soit examiné à Londres et non à Bruxelles comme c’est habituellement le cas pour des fusions de cette importance.

Londres Cabine téléphonique rougeFinalement, Londres et la Commission européenne ont travaillé main dans la main et la réponse pourrait être apportée dans des délais raisonnables. En effet, les deux opérateurs ont fait preuve de bonne volonté et visiblement rassuré les instances de régulation, notamment en s’engageant à céder un quart des fréquences de la bande des 1 800 MHz en leur possession.

En outre, Bruxelles et l’Ofcom ont obtenu des deux groupes de télécommunication qu’ils protègent les intérêts des MVNO qui jouent un grand rôle sur le marché britannique, principalement en termes d’offres prépayées.

L’entité franco-allemande, qui représentera 37 % des parts de marchés de la téléphonie mobile britannique, devrait voir le jour dès que la Commission européenne rendra public son accord.

FacebookTwitter

FacebookTwitter
A 10:23 dans Téléphonie

Orange UK et T-Mobile sont-ils tombés sur un os ?

4
FEV
2010
Partager cette actu sur :

Metro de LondresL’autorité de régulation des télécoms britannique n’est pas prête à laisser France Télécom et Deutsche Telekom unir leurs activités mobiles au Royaume-Uni sans y mettre son grain de sel. C’est en substance ce dont elle a informé la Commission européenne.

Au début du mois de septembre, deux géants des télécommunications, France Télécom et Deutsche Telekom ont annoncé leur intention de fusionner leurs activités mobiles au Royaume-Uni.

L’union d’Orange UK et de T-Mobile donnerait alors naissance au leader du mobile britannique, totalisant 37 % des parts de marché et pas moins de 29 millions d’abonnés. Pour les opérateurs, il s’agit avant tout de réaliser d’importantes économies sur les infrastructures, en mutualisant les réseaux 2G et 3G mais également d’offrir un meilleur service et une meilleure couverture.

Néanmoins, les fusions/acquisitions de cette ampleur doivent préalablement obtenir l’aval de Bruxelles. Or, l’autorité de régulation britannique et l’association de consommateurs The Consumer Group font pression pour que l’enquête préliminaire soit réalisée au Royaume-Uni.

Selon eux, cela se justifie par le fait que cette opération affectera principalement le marché de la téléphonie mobile britannique, jusqu’à présent composé de 5 opérateurs et très concurrentiel.

Londres Cabine téléphonique rougePour Orange UK et T-Mobile, il vaudrait mieux que Bruxelles se charge du dossier, le temps de réponse de la Commission européenne étant plus court que celui du régulateur britannique. La décision appartient désormais à Neelie Kroes, actuelle commissaire européenne à la concurrence qui aura bientôt la charge de l’économie numérique à la place de Viviane Reding.

Quel signal va-t-elle choisir d’envoyer à deux des mastodontes des télécoms européens ?

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus