A 14:30 dans Mobile

Itinérance : l’ARCEP veut imposer des règles plus strictes

16
OCT
2015
Partager cette actu sur :

Quatre après le lancement de Free mobile, le gendarme des télécoms a décidé de clarifier les choses dans le domaine de l’itinérance. Un réveil qui sonne un peu tard.

FacebookTwitter

Depuis l'arrivée de Free dans le mobile, son accord d'itinérance 3G avec Orange n'en finit pas de susciter la grogne de ses concurrents Numericable-SFR et Bouygues Telecom. Grâce à cet accord, Free a pu mener son projet d'opérateur mobile à bien tout en bouleversant le marché de la téléphonie mobile.

Aujourd'hui, l'ARCEP veut se montrer rassurante en annonçant qu'elle allait mettre en consultation publique des lignes directrices sur le partage de réseaux mobiles. Sont clairement visés deux accords : le premier est celui concernant l'itinérance par laquelle les abonnés Free peuvent utiliser le réseau d'Orange en 3G et le second concerne l'accord entre Numericable-SFR et Bouygues Telecom sur la mutualisation des réseaux 2G/3G/4G. Les clients Numericable-SFR pourront bénéficier de de la couverture réseau de Bouygues Telecom.

Depuis cet été, l'ARCEP a mené des consultations auprès des acteurs concernés qui devraient lui permettre de rédiger des règles pour le partage des réseaux mobiles en France.

Le calendrier de l'ARCEP prévoit  que ces règles seront soumises à une consultation publique à la fin de cette année et qu'elle seront transmises à l'Autorité de la Concurrence. "Une adoption définitive est prévue au premier trimestre 2016. Conformément à la loi, il appartiendra aux acteurs d’en tirer toutes les conséquences dans les plus brefs délais."

Dans le cas de Free, cette réaction de l'ARCEP semble arriver un peu tard, puisqu'il disposait en janvier 2015 d'une couverture 3G de 78% de la population contre les 75% imposés. Son prochain objectif est de 90% en 2018 et, à moins d'un rebondissement, il devrait être largement atteint.  L'accord d'itinérance signé avec Orange en mars 2011 prévoyait que les abonnés Free pouvaient utiliser le réseau de l'opérateur historique moyennant 1 milliard d'euros. Cependant, devant l'engouement des Français pour l'offre de Free, ce dernier a été obligé de revoir à la hausse le montant initial, on parle même du double. Aujourd'hui, tous les concurrents de Free ont hâte que cet accord prenne fin et si possible avant 2018.

Cependant, Numericable-SFR et Bouygues ne devraient pas se réjouir trop vite car eux aussi sont dans le collimateur de l'ARCEP qui dit vouloir étudier leur accord d'itinérance.

L'idée de l'ARCEP est donc de mieux comprendre l’itinérance et surtout d'en saisir les enjeux. Au final, aucun opérateur ne risque de sortir gagnant de cette histoire.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus