A 11:30 dans Orange

L’ARCEP veut organiser la fin de l’itinérance mobile Free/Orange

23
FEV
2015
Partager cette actu sur :

Sébastien Soriano, le nouveau président de l’ARCEP, a confirmé sa volonté d’organiser la fin du contrat d’itinérance 3G entre Orange et Free.

FacebookTwitter

En mars 2011, Free a conclu un accord d'itinérance 3G avec Orange permettant au quatrième opérateur de profiter du réseau mobile de l'opérateur historique. Depuis quatre ans, les abonnés mobiles Free peuvent donc bénéficier des antennes 3G d'Orange lorsqu'il n'y a pas d'antennes Free à proximité. En contrepartie, Free s'est engagé à déployer son propre réseau mobile 3G en parallèle avec l'objectif de couvrir 75% de la population en 2015 et 90% de la population en 2018.

Un accord controversé

Cet accord d'itinérance a fait l'objet de nombreuses polémiques : en 2013, l'Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes (ARCEP) mettait déjà la pression sur Free afin qu'il tienne ses objectifs et qu'il accélère le déploiement de ses antennes 3G. "L’itinérance doit rester transitoire car elle présente des risques concurrentiels en réduisant la différenciation concurrentielle.[…] L’itinérance dont bénéficie Free a permis d’animer la concurrence dès son entrée sur le marché. Elle doit cependant être bornée dans le temps" déclarait le gendarme des télécoms.

L'année suivante, Bouygues Telecom et Arnaud Montebourg, alors Ministre du Redressement productif, fustigeaient l'accord passé entre Free et Orange. Pour eux, un tel accord n'encourageait pas Free à investir dans son propre réseau, ce qui entraînait alors un déséquilibre du marché.

L'ARCEP veut "organiser le sevrage"

Samedi dernier, Sébastien Soriano, le nouveau président de l'ARCEP, a confirmé sa volonté de mettre fin à l'accord d'itinérance entre les deux opérateurs. "Si l’itinérance se transforme en drogue de substitution, ce n’est pas bon" a-t-il déclaré dans une interview accordée au Figaro, avant d'ajouter qu'il fallait "organiser le sevrage".

La loi Macron prévoit de donner de nouveaux pouvoirs au gendarme des télécoms concernant le partage des réseaux mobiles entre opérateurs. Ainsi, Sébastien Soriano compte bien organiser dès que possible la fin de l'itinérance entre Free et Orange. "Dès que le texte de loi aura été examiné par le Sénat, nous commencerons le dialogue avec les acteurs pour organiser la fin de l'itinérance. Nous n'avons pas d'a priori sur le calendrier: il sera exigeant mais cohérent avec la faisabilité sur le terrain" a-t-il déclaré.

Ces déclarations peuvent faire sourire : si Free est parvenu à couvrir 75% de la population en 3G en 3 ans, il y a de fortes chances pour qu'il parvienne à couvrir les 15% restants d'ici trois ans.

Source : Le Figaro
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus