A 13:45 dans Mobile

Orange, Bouygues Telecom et SFR préoccupés par la loi montagne

19
DEC
2016
Partager cette actu sur :

Les PDG d’Orange, de Bouygues Telecom et de SFR ont fait part de leurs inquiétudes relatives à la loi montagne. Cette dernière veut inciter les opérateurs à mutualiser leurs infrastructures dans le but de faire disparaître les zones blanches.

FacebookTwitterGoogle+

Dans la nuit du 14 au 15 décembre, le Sénat a pris des dispositions afin de supprimer les zones blanches. Le projet de loi vise notamment à pousser les opérateurs à mutualiser leur réseaux. Une décision qui n'a pas ravi Orange, Bouygues Telecom ni SFR.

Les trois opérateurs contre le projet de loi

Ainsi, dimanche dernier, Stéphane Richard, Olivier Roussat et Michel Paulin, les PDG d'Orange, Bouygues Telecom et SFR, se sont exprimés d'une même voix dans les colonnes du JDD. Les trois opérateurs se disent préoccupés le débat autour du projet de loi montagne qui consiste à inciter les opérateurs à mutualiser leurs infrastructures.

Bouygues Telecom : non, les prix ne remonteront pas dans le mobile

Vers un bouleversement de l'économie du secteur

« Les intentions du législateur en la matière sont parfaitement louables, mais ses orientations nous paraissent contre-productives » expliquent-ils. « Au législateur, nous voulons dire avec respect et franchise que vouloir décider par la loi, à la place des opérateurs, les modalités selon lesquelles ils devront investir et construire leurs réseaux mobiles dans des parties entières du territoire, en les contraignant à adopter certaines formes d’organisation et de mutualisation de leurs installations, n’aura pas l’effet attendu » s'inquiètent les opérateurs.

Selon eux, « cela contribuera à bouleverser l’économie de notre secteur, à encourager le comportement de celui ou ceux qui voudraient profiter de la capacité d’investissement des autres et à réduire l’impact positif - y compris pour la couverture des territoires - de la concurrence entre nos entreprises » craignent-ils.

2G/3G/4G en zones blanches : l’ARCEP demande aux opérateurs d’accélérer

En réalité, Orange, Bouygues Telecom et SFR redoutent que Free profite de leurs antennes et de fait, que ses investissements dans les infrastructures ne cessent dans ces zones non rentables. « Les opérateurs télécoms ont investi en 2015 près de 8 milliards d’euros dans le déploiement et l’entretien de réseaux » rappellent les trois opérateurs.

Rappelons que le mois dernier, l'ARCEP publiait une mise à jour de son Observatoire des déploiements mobiles en zones peu denses. Malgré les nombreuses progressions constatées, le régulateur enjoignait les opérateurs à accélérer le déploiement.

 

Source : JDD
FacebookTwitterGoogle+


Articles en relation

comments powered by Disqus