A 13:32 dans Mobile

2G/3G/4G en zones blanches : l’ARCEP demande aux opérateurs d’accélérer

28
NOV
2016
Partager cette actu sur :

L’ARCEP vient de publier une mise à jour de son Observatoire des déploiements mobiles en zones peu denses. Si le régulateur constate de nombreuses progressions, les opérateurs doivent continuer d’accélérer le déploiement afin de remplir leurs obligations.

FacebookTwitter

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (ARCEP) veille à ce que l'ensemble du territoire, y compris les zones blanches, bénéficie d'une couverture mobile. A ce titre, le régulateur a créé l'an passé un observatoire des déploiements mobiles (2G, 3G et 4G) en zones peu denses qu'il vient de mettre à jour.

Pour rappel, les opérateurs sont tenus de respecter les obligations suivantes en zones peu denses :

  • Pour la 2G : 100% de couverture des centre-bourgs au 31 décembre 2016
  • Pour la 3G : 100% de couverture des centre-bourgs au 30 juin 2017
  • Pour la 4G : 40% de la population au 17 janvier 2017
2G/3G/4G en zones blanches : l’ARCEP demande aux opérateurs d’accélérer

Services Voix et SMS : 91% des centre-bourgs couverts

En 2003 était lancé le programme Zones blanches - Centre-Bourgs visant à apporter une couverture de base dans environ 3 800 bourgs qui n'avaient alors aucune couverture. En octobre 2016, l'ARCEP constate que 91% des centre-bourgs de ce programme sont couverts pour les services voix et SMS. La plupart des centre-bourgs restants attendent la constructions d'un pylône.

« Toutefois, les déploiements des opérateurs sont attendus dans une dizaine d'autres centres-bourgs, présents dans le programme depuis plusieurs années. Les opérateurs, en particulier SFR, doivent finaliser les déploiements au plus vite » ajoute le régulateur.

3G : la couverture progresse mais des efforts à faire

En haut débit mobile, l'ARCEP souligne une progression, notamment chez Orange qui est pasé en un trimestre de 62 à 68 % de couverture des centre-bourgs dont il a la responsabilité. Bouygues Telecom, est à 58%, quant à SFR, il a progressé de 52 à 56%. « Les opérateurs doivent continuer à accélérer leurs déploiements, en vue de finaliser leurs déploiements d'ici le 30 juin 2017 et d'assurer le respect de leurs obligations, conformément à la loi » indique l'ARCEP.

4G : SFR est à la traîne

Les opérateurs qui disposent de fréquences 4G dans la bande des 800 MHz, à savoir Orange, SFR et Bouygues Telecom, doivent couvrir 40% de la population des zones peu denses d'ici le 17 janvier 2017. Si Orange et Bouygues Telecom annoncent déjà couvrir  plus de 40% de la population, SFR a encore du chemin à parcourir : il annonce une couverture de 32%.

A noter toutefois que l'opérateur redouble d'efforts concernant le déploiement du très haut débit mobile : il a ainsi gagné 7 points en un trimestre. Et pour cause : il est particulièrement performant dans l'activation de ses antennes 4G comme le montre le dernier observatoire de l'ANFR.

Free : 50% de la population d'ici 2022

Ne disposant pas de fréquences dans la bande des 800 MHz, Free n'est pas soumis aux mêmes obligations que ses concurrents. Néanmoins, l'ARCEP lui impose une obligation de couverture de 50% de la population d'ici janvier 2022, dans la bande des 700 MHz.

L'ARCEP a réaffirmé son intention de veiller au bon déroulement des déploiements mobiles et souhaite que les opérateurs tiennent leurs engagements. L'Observatoire des déploiements mobiles sera donc régulièrement mis à jour. Le régulateur prévoit d'ailleurs de réaliser une nouvelle campagne de mesures sur le terrain au premier trimestre 2017.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus