A 8:53 dans Constructeurs

Thomson s’attaque aux smartphones

31
MAI
2012
Partager cette actu sur :

Thomson X-View 2
Thomson va investir le marché des smartphones. Le constructeur a présenté le X-View 2, un téléphone Android ICS à la fiche technique intéressante : écran 5,3 pouces, processeur 1 GHz et emplacement pour 2 cartes SIM. Il devrait être disponible dans le courant de l’été pour un prix inférieur à 300 euros.

La concurrence fait rage dans le monde des constructeurs de terminaux mobiles et un nouvel acteur fera son entrée cet été. Thomson, qui produit notamment des set top box ou des téléphones DECT, s’apprête à entrer dans le marché des smartphones avec une gamme de terminaux dont un modèle plutôt original : le X-View 2.

Ce terminal affiche une liste de caractéristiques qui paraîtra banale à celui qui est habitué aux smartphones haut de gamme des fabricants asiatiques mais plusieurs arguments jouent en sa faveur. Le Thomson X-View 2 sera doté d’un écran de 5,3 pouces, comme le Galaxy Note, ce qui le place dans les modèles hybrides entre téléphone et tablette. Avec son processeur cadencé à 1 GHz et son capteur photo de 5 Megapixel, ce terminal est destiné au milieu de gamme. Cette puissance modérée joue en faveur de l’autonomie qui s’annonce déjà colossale grâce à une batterie Li-ion de 2 500 mAh.

Thomson X-View2Deux originalités font leur apparition sur ce téléphone. Tout d’abord, il sera doté de deux emplacements SIM, ce qui permet de gérer deux abonnements sur le même terminal. Cette fonctionnalité, peu répandue en France, est très utile pour ceux qui jonglent entre appels personnels et communications professionnelles. Le deuxième point fort de ce X-View 2, qui reste à confirmer, est son positionnement tarifaire. Le prix du terminal devrait se situer en-dessous des 300 euros.

Thomson devra faire fort s’il veut se distinguer parmi la foule de terminaux mobiles disponibles sur le marché. En misant sur des caractéristiques spécifiques comme la double SIM ou l’autonomie conséquente, il peut y parvenir mais il risque aussi de se limiter à un marché de niche.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus