Interview Bruno Cuq, chef de projet aménagement numérique métropole de Lyon

Par
8
JAN
2018
Partager cette actu sur :

Bien que la métropole de Lyon soit dans le peloton de tête des territoires pour le déploiement du Très Haut Débit, la collectivité a mis en place une véritable stratégie afin de minimiser les retards. Explications avec Bruno Cuq, en charge de l’aménagement numérique du Grand Lyon.

FacebookTwitterGoogle+

Comme nous l'indiquions fin décembre sur un bilan des déploiements numériques dans les 59 communes de la métropole de Lyon, le Très Haut Débit est déjà massivement présent. En particulier via des connexions en fibre optique, jusqu'à l'abonné ou avec terminaison coaxiale.

Mais tout ne se passe pas obligatoirement aussi vite que les collectivités le voudraient. Avec notamment quelques cas de déploiement en double de réseaux en 'fibre' de SFR et d'Orange.

Interview Bruno Cuq, chef de projet aménagement numérique métropole de Lyon (chargé du déploiement des opérateurs privés)

Degroupnews : Pouvez-vous nous expliquer la spécificité du Grand Lyon ?

Bruno Cuq : La métropole de Lyon a pris la compétence L1425 (Article L1425-1 Code général des collectivités territoriales) en 2010 afin de définir une politique de fibrage de la métropole, avec une délibération en octobre 2012 avec deux objectifs affichés.

Un premier volet de la stratégie de la métropole lyonnaise concerne l'accompagnement des opérateurs privés. Ces derniers s'étaient engagés à déployer un réseau fibre sur l'intégralité de la zone de la métropole pour les particuliers. Initialement sur 58 des 59 communes, plus une commune hors spectre (Quincieux, au nord de Lyon) qui n'en faisait pas partie. Le second volet concernait la fibre pour les professionnels (FttO/fttE) sur le réseau d'initiative publique avec une DSP (Covage) La Fibre Grand Lyon.

DN : Quelles démarches la métropole de Lyon a-t-elle déployées pour faciliter ces raccordements ?

BC : La métropole de Lyon a mis en place très tôt un guichet unique pour faciliter le déploiement, en lien avec les communes, les directions de la métropole et les opérateurs. Cela concerne notamment les armoires afin qu'elles soient installées le plus rapidement possible en trouvant les bons emplacements. Mais cela concerne aussi l'aide à l'accès au génie civil et aux études.

Observatoire France THD à fin juin 2017

DN : Pouvez-vous nous préciser ce qui se passe sur le cas particulier de Quincieux ?

BC : Le département du Rhône comporte 226 communes, dont 55 communes hors zone AMII, qui étaient en dehors d’un déploiement fibre. Mais depuis le printemps 2017, Orange s'est engagé à intégrer cette commune de Quincieux dans son plan de fibrage, car attenante à la zone AMII. On a d'ailleurs un double engagement, avec SFR qui s'est aussi engagé en octobre (via une convention), en plus de son réseau câble déjà présent.

Sur Quincieux, chacun des deux opérateurs déploie son propre réseau… Ça doublonne, pour le moment, si l'on s'en tient aux intentions des opérateurs. Pour le timing sur Quincieux, pour SFR, il s'agirait plutôt de poser les armoires en 2018 pour faire du raccordable en 2019/2020. Du côté d'Orange, ce serait plutôt sur du 2020 pour les armoires et 2021/2022 pour le raccordable.

Dans l'absolu, on préfère que deux opérateurs se proposent sur leurs fonds propres, avec des intentions (mais pas de conventions), plutôt qu'aucun ne se manifeste.

DN : Comment expliquez-vous les retards de déploiement de la fibre optique ?

Grand Lyon et fibre optiqueBC : En 2012, on ne savait pas trop si l'engagement de 2020 concernait des prises adressables ou raccordables. Aujourd'hui, les annonces de l'opérateur privé Orange, qui a la majorité du marché FttH sur la métropole, annoncent plutôt du 2020 pour les armoires et 2022 pour le raccordable.

Au niveau local, ce que dit Orange c'est qu'une fois l'armoire posée, 18 mois plus tard, 80% des logements seront raccordables. Mais c'est très aléatoire. On a quelques cas d'armoires qui sont posées depuis plusieurs années avec un taux de raccordable à 0% ! Cependant, Orange nous fournit désormais ces données de taux de raccordement. On se rend compte que certaines armoires ne sont pas du tout démarrées alors que d'autres sont en avance et à 100%.

DN : Quel est votre bilan pour le déploiement de la fibre sur la métropole de Lyon ?

BC : Nous sommes plutôt en avance comparativement à l'ensemble du territoire et des métropoles. Mais si les opérateurs n'accélèrent pas, on peut craindre un léger retard jusqu'à 2022 pour les dernières prises. La Métropole de Lyon regrette surtout un manque de visibilité sur la programmation des prises raccordables par les opérateurs privés. Les usagers attendent la fibre avec impatience. L’armoire de zone est installée parfois depuis un bon moment mais il est impossible de savoir quand le logement sera éligible d’ici 2022 !!

La Métropole de Lyon, un statut inédit en France

Pour rappel, la nouvelle Métropole de Lyon possède un statut très particulier, celui d'une collectivité territoriale unique (la loi MAPTAM). Elle regroupe depuis le 1er janvier 2015 la Communauté urbaine et le Département du Rhône.

Elle est dotée d'une clause de compétence générale qui lui permet de régler par délibération toutes les affaires d'intérêt métropolitain. Dont l'aménagement numérique. Un nouveau Département du Rhône a été créé sur le territoire restant.

FacebookTwitterGoogle+


Articles en relation

comments powered by Disqus