A 16:59 dans Grand Est

Guerre ouverte entre SFR et la région Grand Est ?

Par
29
JUIN
2017
Partager cette actu sur :

Le plan France THD est très loin d’être un long fleuve tranquille. Long, il l’est certainement, mais tranquille, cela reste à voir. Alors que l’appel d’offre sur une DSP sur la région du Grand Est est en cours d’attribution, selon nos confrères Les Echos, SFR semble ne pas du tout accepter de potentiellement perdre ce marché.

FacebookTwitterGoogle+

RIP sur la Région Grand Est

 

SFR menace la Région Grand Est ! C’est un article publié par Les Echos qui révèle une situation plus que tendue entre l'opérateur au carré rouge et la Région du Grand Est. Présidée par Philippe Richert (également Président de l’Association des Régions), cette région regroupe notamment les 7 départements : Ardennes, Marne, Haute-Marne, Meurthe et Moselle, Meuse, Vosges.

Sur les territoires peu denses de ces derniers, le Conseil Régional du Grand Est a lancé l’attribution d’une délégation de service publique (DSP). Ceci afin de construire et d’opérer un réseau très haut débit en fibre optique.

Ne sont pas concernés les départements du Haut et Bas-Rhin, mais également les zones denses et les communes déjà concernées par : les RIP Moselle Numérique (Orange) et Rosace.

Ce dernier Réseau d’Initiative Publique en Alsace, est opéré par NGE, Altitude Infrastructure et la Caisse des Dépôts. Son ouverture commerciale est prévue le 3 juillet prochain.

Le plus gros RIP de France : 910 000 prises FttH à construire !

Cette DSP gérera au final près de 910 000 prises d’ici 2024, pour un budget de 1,3 milliards d’euros.

Cela concerne :

  • Une tranche ferme pour les communes actuellement couvertes en réseau cuivre (ADSL). Soit  environ 830 000 prises sur 3 367 communes. La Région assurera le préfinancement à 100% de la subvention publique. Elle recouvrera les contributions auprès de la Commission Européenne, l’Etat, les EPCI et/ou les communes (avec une contribution forfaitaire maximale de 250 €/ prise). Le solde sera financé par la Région et les 7 Départements (au prorata du nombre de prises).
  • Une tranche conditionnelle d'environ 80 000 prises sur 58 communes, pour les communes qui disposent actuellement d’un réseau câblé. Elle proposent une offre « triple-play » (télévision, téléphone et internet) avec un débit minimum de 30 Mbit/s. Ces communes pourront si elles le souhaitent s’associer au RIP à la fin de leur délégation de service public câble.

Bataille sur le front du Grand est

4 sociétés s’étaient portées candidates, dont Orange et Axione évincées au 1er tour de table. Les deux derniers finalistes sont NGE Concession-Altitude Infrastructure, déjà présents sur des départements voisins, et SFR Collectivités.

Selon Les Echos, SFR n’aurait pas été retenu, suscitant une vive réaction de Michel Combes, PDG de SFR et Directeur Général d’Altice. Mauvais perdant, il aurait envoyé un courrier à Stéphane Richert. Il menacerait de développer en parallèle un réseau FttH en propre et ne pas venir sur celui du RIP. Il estimerait que l’attribution de cette DSP n'aurait pas été faite en toute objectivité...

Ce serait le Groupement NGE Concessions - ALTITUDE Infrastructure (gestionnaire de Rosace) qui serait en passe de remporter le marché. La décision sera prise le 13 juillet prochain. Encore un joli imbroglio sur lequel on attend d'y voir plus clair...

Au bout du compte, ce seraient les habitants qui seraient pénalisés en cas de litiges et de contestations. Sachant qu'actuellement, selon le prévisionnel du projet, 2018 sera une année d'études. Ensuite, 2019 et 2020 seront consacrées au déploiement de la fibre au sein des communes identifiées comme prioritaires par les Conseils Départementaux. Ce seront les communes les plus pénalisées, avec un débit internet inférieur à 3 mégabits par seconde. Passeront en dernier celles avec de la MeD (Montée en Débit), avec un ADSL correct et du VDSL2...

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus