A 12:59 dans Fibre optique

Rencontre avec K-Net, un FAI passionné

19
AVR
2016
Partager cette actu sur :

Parmi les opérateurs de RIP (Réseau d’Initiative Publique), K-Net fait figure d’exception. Plébiscité par les geeks, cet opérateur alternatif pourrait bien bousculer Internet avec ses idées innovantes. DegroupNews est allé à la rencontre de son fondateur Frank Bisetti, un patron passionné par son métier qui doit faire face à une concurrence sans merci.

FacebookTwitterGoogle+

Situé à Saint-Genis-Pouilly dans le pays de Gex près de Genève, K-Net est un des plus gros fournisseur d'accès Internet présent sur les RIP.

Les réseaux d'Initiative Publique sont des réseaux en fibre optique déployés par les collectivités locales sous forme de DSP (Délégation de Service Public). Aujourd'hui, quatre grands opérateurs d'infrastructure (Covage, Altitude Infrastructure, Axione et Tutor) se partagent le marché des RIP.

 En revanche, s'ils construisent les réseaux et assurent leur maintenance, leur exploitation commerciale est assurée par des petits opérateurs dits opérateurs alternatifs ou encore "locaux", K-Net est l'un d'eux. Pour le moment les grands opérateurs nationaux (Orange, Bouygues Telecom, Free et SFR) ne sont présents que sur certaines zones comme c'est le cas de SFR sur le SIEA de l'Ain.

 

10 000 abonnés en 5 ans

Fondée en 2010 sur les cendres d'une première entreprise d'informatique, K-Net est présent sur les zones fibrées par Covage, Altitude Infrastructure, Tutor et le SIEA de l'Ain. Après 6 ans d'existence, 10 000 abonnés font confiance chaque mois à K-Net pour leur connexion Internet très haut débit. Aujourd'hui K-Net emploie 46 personnes réparties en 9 agences sur tout le territoire.

« A la base nous étions des informaticiens de coin de rue qui montions des ordinateurs ou des serveurs pour les collectivités. Puis la crise de 2008 est arrivée et il a fallu se recycler. On avait une double activité : partie développement d’applicatif web et l’autre partie maintenance informatique. En 2003 et 2010, j’ai essayé la location de DVD juste avant que le piratage se mette à exploser. Fin 2009, le SIEA faisait des travaux pour poser la fibre dans le pays de Gex. Je les ai contactés et ils étaient très contents d’avoir un opérateur de plus sur leur réseau. Moi j’étais un adorateur de Free, je pensais qu’ils allaient proposer leurs offres sur le département de l’Ain, mais quand j’ai vu la spécificité du réseau et le volume, je me suis dit que je n’allais pas attendre que Free arrive. Au départ, je voulais lancer mon offre pour raccorder la cinquantaine de clients que j’avais en informatique ainsi que les copains et la famille et j’avais tablé sur 500 clients en 3 ans et j’en suis à 10 000 en 5 ans ! » raconte fièrement Frank Bisetti, fondateur de K-Net.

K-Net-frank-bisetti (1)

Frank Bisetti nous explique la Weather Map

Face à ce succès inattendu, l'opérateur a dû faire face à un véritable parcours du combattant. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, les banques ont été frileuses et le patron de K-Net a dû faire preuve d'imagination pour financer son déploiement. En effet, pour raccorder un client, l'opérateur doit dépenser environ 250€, un coût difficile à supporter pour une petite structure. Finalement, pour ne pas mettre en péril son entreprise, Frank Bisetti a préféré ralentir ses raccordements.

K-Net : un abonnement à vie à 4 800 €

Devant l'engouement pour ses offres Internet (K-Net a atteint son objectif de trois ans en quatre mois !), Frank Bisetti a eu l'idée de se tourner vers ses clients les plus fidèles en mettant en place un financement participatif.

« On a trouvé une solution qui nous permet d’être le seul opérateur à proposer des abonnements à vie. Au lieu de payer 36€ tous les mois, vous payez 4800 euros une fois et si au bout de 6 mois ou un an vous changez d’avis, vous faîtes valoir une clause de dédit, et on vous rembourse les 4800€, on a dû en vendre une trentaine d’abonnement comme cela et ça nous a permis de financer une ouverture d’agence. 30 abonnements, c’est une agence », précise Frank Bisetti.

Avec ce mode de financement, tout le monde est gagnant : pour le client cet investissement représente un placement à 9% net d'impôt par an ; pour K-Net, cette stratégie lui permet d'être complètement indépendant et d'avoir parc de clients hyper fidèles lorsque la concurrence cherche à les débaucher.

Comment K-Net lutte face à SFR-Numericable sur le réseau de l'Ain

Si les grands opérateurs sont réticents à proposer leurs offres sur les RIP, le SIEA (Syndicat Intercommunal d'Energie et de Communication de l'Ain) est parvenu à faire venir Numericable devenu aujourd'hui SFR. Une prouesse puisque le réseau très haut débit de l'Ain est un réseau en FTTH (fibre jusqu'à l'abonné) et que Numericable utilise la technologie HFC.

D'ailleurs, pour venir sur le réseau du SIEA, Numericable a dû faire une entorse à sa technologie en utilisant la technologie RFOG (Radio Frequency Over Glass). Numericable arrive au datacenter du SIEA depuis son backbone national avec une fibre optique qu'il transforme en câble, puis passe par un convertisseur RFOG. C'est ainsi que les abonnés SFR-Numericable sont les seuls abonnés à pouvoir utiliser la Box Numericable sur de la fibre optique.

La proximité comme arme de fidélisation

Face à la concurrence de SFR-Numericable, K-Net joue sur la proximité avec ses clients et la qualité de son réseau, notamment grâce à ses conseillers commerciaux de terrain. « On a fait le choix de gérer en interne la relation client. Nous à notre niveau on joue la qualité, on doit être irréprochable. Quand on annonce un délai de trois semaines on tient nos délais. Notre proximité on l’a à travers notre équipe technique, commerciale et nos ingénieurs», se félicite Frank Bisetti.

Une communauté de fidèles

Outre ses équipes, K-Net peut se reposer sur une armée de fans qui veille en permanence sur le réseau, ce qui permet à K-Net de fournir une qualité de service exceptionnelle.

« Pour ce qui est d’Internet, on est largement au-dessus. On rend publique notre weather map avec les taux de saturation d’évasion. En termes de gestion de trafic, il n’y a rien de mieux qu’un client qui trouve une lenteur sur son réseau et qui va aller vérifier sur la cartographie et qui découvre une lenteur vers Francex et qui nous le poste sur le forum. Suite à cela nos ingénieurs analysent et optimisent le trafic.»

weather map

La téléphonie fixe, le talon d'Achille

Sur la téléphonie fixe, K-Net ne peut clairement pas proposer des tarifs compétitifs aux grands opérateurs en raison de son faible nombre de clients. Mais comme le fait remarquer Frank Bisetti, les clients branchent de moins en moins leur téléphone fixe car ils préfèrent utiliser leur téléphone mobile. Aujourd'hui, cette part de clients représente 20% des abonnés.

Télévision : K-Net bientôt concurrent de l'Apple TV ?

Pour son offre TV K-Net utilise le boîtier Dune sur lequel il a développé sa propre interface. K-Net a donc fait le choix de l'OTT en Unicast et fournit des flux TV compris entre 12 et 15 Mb/s qui permettent de délivrer une qualité d'image excellente. Malgré un imbroglio juridique, l'opérateur alternatif est en mesure de diffuser toutes les chaînes de la TNT. En revanche, il ne peut pas fournir de service de replay ni de VoD en France.

Pour les clients K-Net de Suisse, l'opérateur met à disposition un système de replay sur 7 jours sur tous les programmes. En Suisse, la législation stipule que tout ce qui est diffusé en hertzien doit être mis à disposition durant 7 jours. Ainsi, il est possible de revoir n'importe quel programme (films, rencontres sportives, séries) sept jours après sa diffusion.

En attendant que cette fonctionnalité soit disponible en France, Frank Bisetti mise sur l'arrivée de Molotov.tv, le futur service de SVOD français.

Le gros point faible de K-Net réside dans l'absence des chaînes payantes comme Canal+, Canalsat, les chaînes AB, etc. Pour le moment, les négociations entre l'opérateur et ces chaînes sont tendues.

A l'instar de Wibox, K-Net est un opérateur qui propose dans des zones souvent mal desservies en ADSL une connexion très haut débit de qualité et un service très performant. Malheureusement, sur certains services comme la télévision, ces petits opérateurs ont du mal à rivaliser avec les offres TV des opérateurs nationaux. Cependant, aujourd'hui il existe de nombreuses offres OTT comme l'Apple TV, la Chromecast, Roku, etc. qui permettent de contourner cette contrainte. Si pour le moment, certains abonnés se cramponnent encore à leur offre ADSL chez un opérateur national, le vent pourrait bien tourner en faveur des petits opérateurs qui proposent une connexion 1 Giga en fibre optique tant cette technologie offre de possibilités. Enfin, chez K-Net, les clients sont vraiment chouchoutés.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus