A 16:04 dans Bretagne, Orange

Pierre Jacobs (Orange Ouest) à inOut : « faire de Rennes Métropole un territoire de référence »

20
MAR
2018
Partager cette actu sur :

A l’occasion de l’événement inOut à Rennes, Pierre Jacbos, directeur d’Orange Ouest, fait le point sur les actions de l’opérateur dans le domaine de la mobilité.

FacebookTwitterGoogle+

Du 14 au 18 mars, Rennes Métropole organisait la 1e édition de l’événement inOut, dédié aux mobilités numériques. Ambition du rendez-vous : rassembler acteurs industriels et grand public dans un temps de réflexion (« in ») et d’expérimentations de terrain (« Out ») sur l’invention des nouvelles mobilités intelligentes. Parmi les partenaires fondateurs de l’événement, Orange a saisi l’occasion pour mettre avant son savoir-faire en matière de connectivité et de solutions techniques. Pierre Jacobs, directeur d’Orange Ouest, évoque avec nous les actions du groupe dans la mobilité connectée.

Pierre Jacobs Orange ouest inout

Degroupnews : Quelle est la démarche d’Orange sur un événement comme inOut ?

Ce qui nous a intéressé dans la démarche inOut, c’est surtout le « Out ». Le « in » est très intéressant et permet de mobiliser et mettre en lumière un territoire comme Rennes, qui est très dynamique sur les questions de mobilité numérique. Mais nous, ce que nous voulons vraiment et durablement, au-delà du « in », c’est de montrer des expérimentations et faire de la pédagogie auprès des citoyens, qui vont se rendre compte que la révolution du digital, notamment à travers les transports, existe déjà aujourd’hui. Elle n’est pas pour après-demain.

Sur le « Out », on montre des choses innovantes qui, souvent, n’ont pas été présentées au grand public : je pense par exemple à Flux Vision, un outil qui permet d’utiliser les données de notre réseau mobile et analyser les déplacements de nos clients sur un événement ponctuel, de façon complètement anonyme. A l’occasion d’inOut, nous avons décidé de l’implanter à Rennes, pour voir comment les gens se déplacent dans la ville, et à travers les transports publics. Une première expérience avait aussi été conduite en novembre au Rhoazon Park, à la demande du Stade Rennais, qui souhaitait mieux comprendre les flux de population à l’heure des matches afin d’améliorer le service rendu aux usagers.

Degroupnews : Cet outil va-t-il être proposé aussi à des acteurs publics, comme Rennes Métropole par exemple ?

Nous mettons cet outil à disposition de Rennes Métropole dans le cadre d’inOut, et on peut penser que nous allons continuer à travailler ensemble au-delà de l’événement. Rennes Métropole a mis en place un service de la donnée, et avec les données des opérateurs de transport, les données d’acteurs comme Orange, il y a une maturité qui est plus forte ici que sur d’autres territoires. Cela va nous permettre d’approfondir tous nos travaux à la suite d’inOut pour faire de Rennes Métropole un territoire de référence en matière d’utilisation des données publiques.

Degroupnews : Des innovations sur le véhicule autonome sont également présentées dans le cadre d’InOut. Cela pose la question de la disponibilité future de la 5G, non seulement en ville, mais aussi dans les territoires moins denses. La couverture sera-t-elle au rendez-vous pour assurer une continuité de service ?

Aujourd’hui, nous apportons une couverture 4G sur 98% de la population bretonne et un peu plus de 92% du territoire. L’accord récemment signé entre le gouvernement et les quatre opérateurs mobiles prévoit une couverture quasi-totale des territoires. L’objectif est que les territoires, même les plus reculés, aient une couverture très haut débit, 4G et demain 5G. Au-delà de la couverture de la ruralité, l’un des objectifs de notre plan Essentiels 2020 est aussi de couvrir l’ensemble des axes de transport en 4G, et demain d’avoir cet objectif prioritaire d’axes en 5G.

Et donc oui, la couverture et la qualité du réseau permettront à certains endroits d’avoir exactement les mêmes services en ville et à la campagne. Sans couverture 5G, on aura les temps de latence de la 4G, c’est pourquoi demain, en termes de sécurité notamment, il nous faudra une couverture et un réseau qui soient optimum, et un opérateur de réseau comme Orange joue à cet égard un rôle central.

Degroupnews : A quand une couverture 5G permettant d’envisager une circulation de la voiture autonome partout ?

Sur la voiture autonome, et aussi les véhicules autonomes collectifs, qui sont plutôt dans les villes aujourd’hui mais auront vocation à circuler sur l’ensemble du territoire, nous travaillons actuellement et nous projetons dans une perspective de 5 à 10 ans. Ces travaux portent sur le véhicule autonome qui sera capable de circuler sur une grande partie du territoire et pas seulement sur les axes principaux.

Le véhicule connecté et le véhicule autonome sont des objectifs centraux, et Orange a beaucoup de projets dans ce domaine : un partenariat avec PSA et Ericsson sur la couverture 5G des services véhiculaires, une participation au consortium européen sur la normalisation des services 5G dédiés au véhicule autonome, un travail avec Ericsson sur le « slicing » du réseau, des expérimentations 5G de terrain sur le circuit de Montlhéry…

Nous avons aussi signé un accord avec Renault, qui permettra l’intégration native de services connectés sur des millions de véhicules dès 2019, et une convention a été récemment signée avec Seat sur ces services connectés. On parle beaucoup du véhicule autonome, mais nous travaillons déjà très concrètement avec les constructeurs pour être prêts dès aujourd’hui sur certains services, et être prêts dès 2020 quand arrivera la 5G.

Degroupnews : Pourquoi, au vu des ambitions affichées par Rennes dans la mobilité numérique, la ville ne fait pas partie des sites retenus par Orange pour les expérimentations 5G ?

Nous avons dû regarder les technos des différents constructeurs qui sont utilisées sur la 4G aujourd’hui et seront déployées sur la 5G demain, pour avoir des territoires qui soient cohérents par rapport à tout ce que nous voulons mettre en œuvre pour le grand public à partir de 2020. Sur les quelques premiers territoires qui ont été annoncés, à Lille et Douai, nous avons pris en compte les constructeurs avec lesquels nous travaillons. Mais ce ne sont pas les derniers, nous n’avons pas encore annoncé toutes nos initiatives sur la 5G… Et ce n’est pas parce que, à l’heure où l’on se parle, la 5G industrielle de l’opérateur Orange n’est pas en test sur Rennes, que cela veut dire que nous allons prendre du retard sur l’ensemble des services à la mobilité dont on parle sur inOut.

Degroupnews : Plus près de nous, qu’en est-il de l’arrivée de la 4G d’Orange sur le métro rennais ? L’opérateur de réseau TDF a annoncé l’arrivée de Bouygues et Free avant l’été 2018…

Nous avons des discussions très actives avec TDF, qui je l’espère déboucheront dans les prochaines semaines et permettront aussi aux usagers clients d’Orange d’avoir accès à la 4G sur les deux lignes du métro rennais.

Degroupnews : Pensez-vous être présent dès le lancement du service, en même temps que les autres opérateurs ?

L’idée est qu’Orange, qui est le premier opérateur mobile en France et dans la région, ne soit pas en retard par rapport aux autres opérateurs en matière de service 4G proposé aux usagers.

 

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus